Une pionnière du modernisme américain: Ruth Crawford Seeger

I began to write down all my fears and was rather appalled.
Fear of having nothing to say musically,
fear of not being able to say it,
fear, fear, a whole web of it.

Ruth Crawford

Ces craintes, Ruth Crawford les évoquait au début des années 1930 dans une lettre destinée à celui qui était alors son professeur, et qui allait plus tard devenir son mari, Charles Seeger. Elle voulait écrire une symphonie et n’y parvenait pas. Soudain l’inspiration vint. Ce sera plutôt une oeuvre pour quatuor à cordes, le  “String Quartet 1931”. Le musicilogue William Robin écrivit en 2017 que ce fut «a significant contribution to the canon of American modernism, a hyper-refined and densely dissonant work that foreshadowed the postwar avant-garde.»

Outre cette composition et d’autres, Crawford s’intéressait au folklore américain, intérêt qui va d’autant plus prendre le dessus. qu’il correspondait à ses idées politiques. Elle adhère au marxisme et envisagera même un voyage en Union soviétique au printemps 1931.

It became almost immoral to closet oneself in one’s comfortable room and compose music for its own delight.
Ruth Crawford.

Une des oeuvres qui témoignent de sa pensée politique est Sacco, Vanzetti : for voice and piano (1932). À compter de 1936, année où elle et son mari s’installent à Washington, Crawford va étudier et promouvoir le folklore américain. Elle va en outre l’enseigner aux enfants, y compris à ceux de sa famille (dont Pete Seeger, né du premier mariage de Charles, et Peggy Seeger). Il faudra attendre 1952 avant qu’elle recommence à composer des oeuvres classiques. Un cancer l’emportera un an plus tard.

Fait à signaler, Crawford aura été la première américaine à se mériter deux Guggenheim Fellowships.


Pour aller plus loin

The Innovations of Ruth Crawford Seeger par Kendra Leonard (très bonne analyse).
Ruth Crawford Seeger: Musical Ultra-Modernist and Folklorist par Alan Westby (autre très bonne analyse).
The Pioneering Modernist Who Wrote an Audacious String Quartet par William Robin.