Sally Beamish: un vol qui a changé sa vie

At five the next morning, I woke to the sound of a door closing softly downstairs. Even now, that sound chills me. I thought I must have imagined it, and drifted back to sleep, and it wasn’t until a couple of hours later that I went down.

Le moment le plus sombre dans la vie de Sally Beamish s’est produit le 2 juin 1989. Ce qu’elle croyait être du bruit dans un rêve s’est révélé, hélas, bien réel à son réveil: quelqu’un avait volé l’alto qu’un bienfaiteur Écossais lui avait prêté (un Gabrielli, du nom du luthier Giovanni Battista Gabrielli). Cet instrument, fabriqué à Florence en 1747, avait appartenu à rien de moins que la famille Medicis. Plutôt que de s’apitoyer sur son sort, elle décide de voir le côté positif des choses: elle prend ce vol comme un signe du destin et décide de se consacrer désormais à ce qu’elle aime le plus: la composition. C’est elle-même qui raconte cette histoire, et aussi d’autres tranches de sa vie, dans un texte daté du 15 août 2106, paru sur le site du journal The Guardian (voir le lien vers l’article ci-bas).

Dans cette vidéo tournée en 2017, elle dit encore que son pays d’adoption, l’Écosse, où elle pouvait désormais être plus proche de son mari et de leurs enfants, a eu une grande influence sur ses compositions.

Son catalogue comporte au-delà de 200 oeuvres! Sally Beamish est aujourd’hui une des compositrices et compositeurs britanniques contemporains les plus connus. C’est l’Académie St Martin in the Fields qui l’écrit, là où elle est en résidence jusqu’à la fin de la saison 2019-2020.

Le magazine Gramophone écrivait ce qui suit en 2017 sur sa musique:

…the great appeal of Beamish’s music is the space it finds between softness and steel – her knack of blending folk-flecked lyricism, emotional candour, a sense of the natural world and a propulsive way with rhythm plus real economy, directness, luminous orchestrations and rigour of craft.

Plutôt élogieux comme critique!

Mère de famille (trois enfants dont une fille devenue luthiste), musicienne (alto et piano), animatrice télé et radio, narratrice, mais surtout compositrice. À 61 ans, Sally Beamish a encore plusieurs oeuvres à nous offrir et c’est tant mieux pour nous!

Sally Beamish dans Spotify


Pour aller plus loin

Son site Web.
Academy St Martin in the Fields. Sally Beamish, composer in residence.
Deborah Annetts. Sally Beamish: collaborative artistry.
Gramophone. Contemporary composer: Sally Beamish. 19th March 2017.
Scottish Music Center. Sally Beamish.
The Guardian. Sally Beamish: how the theft of my viola turned me into a composer.
Un cadeau: Proms 2011: Sally Beamish – Reed Stanzas (String Quartet No. 3) (World Première) – 5:4 (téléchargeable au format FLAC)

Crédit photo: Ashley Coombes.

Les commentaires sont fermés.

Create a website or blog at WordPress.com

Up ↑