L’énigmatique Johanna Beyer

Beyer “had the typical 1920s and 30s attitude of geometry in music,
or schemes that were carefully carried out and beautifully executed”.
Lou Harrison.

Née en Allemagne, Johanna Beyer migre aux États-Unis en 1923, et y acquiert la citoyenneté en 1930. À compter de 1932, elle étudiera la composition avec Ruth et Charles Seeger. Par la suite elle va fréquenter la New School for Social Research, réputée pour son progressisme, où elle aura comme professeurs Henry Cowell, Roy Harris, Hanya Holm, Doris Humphrey, Paul Rosenfeld, Charles Seeger et Roger Sessions, entre autres. Très active dans le groupe new-yorkais de compositeurs ultramodernistes durant le second quart du 20e siècle, elle va néammoins complètement disparaitre de l’histoire musicale américaine après son décès survenu en 1944. Dans une thèse sortie en 2015, Mary Craddock écrit que la vie et la musique de Bayer furent ignorées jusque dans les années 1990. Elle aurait mérité un meilleur sort.

Pour vous donner une idée de ses nombreux talents, dans Wikipedia (en anglais) on lit que Bayer a créé en 1936 le ballet The Modern Composer « for which she wrote the lyrics, composed the incidental music, choreographed the modern ballet, designed and created the costumes, slides, and advertisements, directed the production, and performed the piano part. » À propos de piano, Bayer, outre d’en jouer, l’a enseigné. Elle s’est également intéressé aux instruments électroniques, alors dans leur enfance. Wikipedia nous apprend que sa composition « Music of the Spheres (1938) is the first known work scored for electronic instruments by a female composer. » La voici:

Comme le souligne la musicologue Amy C. Beal dans l’ouvrage qu’elle lui a consacré (dont je n’ai pu lire, hélas, qu’un compte-rendu), il vaut la peine de s’intéresser à la musique de Bayer:

An original composer in the school of American ultramodernism, whose compositions ought to be performed and analyzed alongside those of Henry Cowell, Ruth Crawford, and Carl Ruggles
Johanna Beyer. By Amy C. Beal. (American Composers.) Urbana: University of Illinois Press, 2015. Cité dans le compte-rendu de l’ouvrage par Renée McBride).

Une seule de ses oeuvres a été publiée de son vivant. On peut consulter une liste de ses oeuvres sur cette page du Frog Peak Music. Il s’agit d’une initiative d’un collectif de compositeurs « dedicated to publishing and producing experimental and unusual works by its member artists, and is committed to the idea of availability over promotion. » On en souhaiterait plusieurs du genre.

Bayer avait à peine 56 ans quand elle est décédée, atteinte de la sclérose latérale amyotrophique (également appelée SLA ou maladie de Lou Gehrig).

Beyer died in total obscurity in 1944, her last years made horribly difficult by ALS, and it’s a wonderful thing that she’s seeing the light of day again.
Alex Ross: The Rest Is Noise (voir lien ci-bas).

Ross lui rendait hommage en 2008. À votre tour d’écouter quelques-unes de ses oeuvres.

Playlist Apple Musique

Un album en écoute continue (streaming)
Sticky Melodies (Son String Quartet no 1 qui fait partie de cet album est magnifique)
(Souhaitons que d’autres albums comprenant uniquement sa musique soient offerts bientôt en streaming.)

Johanna Beyer dans Spotify


Pour aller plus loin

Alex Ross. Interrogation. The Rest Is Noise.
Amy C. Beal. New Discovery in Johanna Beyer Research.
Idem. Johanna Beyer (l’ouvrage est disponible sur Project Muse si vous y avez accès, de même que la revue qu’en a fait Renée McBride).
Cait Miller. Johanna Beyer: A Composer Forgotten.
Johanna Magdalena Beyer. List of Works.
Mary Craddock. Performance, Analysis, and Interpretation in the Solo Double Bass Works of Johanna Magdalena Beyer and Vivian Fine. 2015. Dissertation.
Wikipedia. Johanna Beyer (je cite rarement Wikipedia car j’ai des réserves quant à l’exactitude des article), mais puisque j’ai mis deux extraits de l’article…)

 

La photo de Johanna Beyer provient d’un article de Amy C. Beal, publié dans Musicology Now.

Les commentaires sont fermés.

Create a website or blog at WordPress.com

Up ↑